Agence de voyages

Agences de voyages et TVA sur la marge bénéficiaire : suivez le guide !

Encyclopédie

En matière de TVA, les agences de voyage résidant en France bénéficient d’un régime spécial dit de « marge bénéficiaire ». Or, si la règle paraît simple (le voyagiste ne paye de TVA que sur la marge lors d’une prestation), dans la réalité, ce régime fiscal est beaucoup plus complexe à gérer dans une profession en constante évolution… Et un monde juridique et fiscal souvent à la traîne.

TVA sur la marge bénéficiaire et « voyagistes »

Une « agence de voyages » est, en résumant, une entreprise qui joue l’intermédiaire entre des prestataires de services (tiers assujettis à la TVA : hôtels, transporteurs, restaurants, etc. ou non assujettis comme les musées) et un client final.

Afin de simplifier la gestion de la TVA, l’Administration fiscale a créé un régime spécial. Sinon, lorsqu’un voyage comprend plus d’une dizaine de prestataires, l’agent de voyage passerait son temps à calculer la TVA dans chaque pays (la collecter, la reverser, etc.) plutôt qu’à satisfaire sa clientèle.

Les opérateurs de voyage bénéficient donc d’un régime de TVA spécial appelé « régime de la marge bénéficiaire » soumis à la TVA du pays de leur établissement.

Régime de la marge bénéficiaire : une obligation intéressante financièrement ?

La TVA à payer est calculée sur la marge TTC que réalise l’opérateur sur l’ensemble de la prestation, en fonction du taux en vigueur. Soit la différence entre le prix final payé par le client et la somme de toutes les dépenses directement liées au voyage : restauration, hébergement, transports, spectacle, etc.

Donc le prestataire est gagnant : il ne paye pas la TVA de son pays d’établissement sur le prix global final mais juste sur son « bénéfice ». Sont exclus de cette exonération les frais généraux (loyer, électricité, etc.) qui ne sont pas pris en compte dans les forfaits de voyage et qui ouvrent ainsi droit à déduction.

Cependant, comme on ne peut pas déduire la taxe sur la valeur ajoutée des biens et services liés aux voyages, l’impact sur le chiffre d’affaires final peut être conséquent. Le gain en optant pour la TVA dépend ainsi de plusieurs critères qu’il convient d’appréhender.

ce régime spécial présente ainsi quelques défauts ne facilitent pas les choses.

Agence de voyages, professionnels de l’événementiel, etc. : qui est concerné ?

Les acteurs du tourisme sont de plus en plus nombreux et différents. On pense bien sûr avant tout aux tours opérators et aux agences de voyages traditionnelles. Pourtant, à l’heure actuelle, il existe bien d’autres sociétés ou structures pouvant prétendre au régime TVA de la marge bénéficiaire…

En effet, ce n’est pas la qualité du prestataire qui entre en jeu dans ce régime fiscal mais bien la nature de la prestation des services.

En fait, nul besoin d’être titulaire d’une licence d’agence de voyage pour avoir droit au régime de la marge bénéficiaire. Un hôtel proposant des prestations de transport, un organisateur de compétitions sportives faisant appel à un autocariste amenant le club à un stade, une société spécialisée dans l’événementiel et l’organisation de salons, un office de tourisme, etc. : la liste des entreprises ou organismes pouvant prétendre à ce régime est longue.

Les agences de voyages européennes exonérées de TVA

Si l’entreprise proposant des prestations touristiques est basée hors de l’Union Européenne, elle ne facture pas de TVA européenne ou si son siège est bien dans l’EU mais qu’elle ne propose que des prestations hors union ou Outre mer, elle est directement exonérées de TVA.

Une concurrence déloyale

L’inverse est aussi vrai quand une agence de voyages étrangère exerce en France : d’où une concurrence dénoncée par les voyagistes. Ce genre de prestations a augmenté depuis la démocratisation d’internet et la multiplication des plateformes de voyages « domiciliées » en dehors de l’Union Européenne.

Le choix de ne pas prétendre au régime de la marge bénéficiaire

Le régime de la TVA sur la marge bénéficiaire n’est pas une obligation. Toute entreprise du secteur peut choisir d'appliquer les règles normales de la TVA en étant un intermédiaire transparent.

L’Administration fiscale fait ainsi le distinguo entre :

  • les intermédiaires agissant en leur nom propre dits opaques : ils proposent des prestations sous leur nom exclusivement pour vendre des services touristiques, le terme « opaque » vient du fait qu’elles ne proposent pas au client une liste exhaustive des prix des prestations, ni les noms des prestataires. Elles relèvent de la TVA sur marge.
  • les intermédiaires transparents : ils agissent au nom et pour le compte de leurs clients pour des prestations qui relèvent des règles de droit commun en niveau de la TVA.

La définition même de voyage au cœur du dispositif

Le régime dépend avant tout de la définition même de prestation de voyage. Et celle-ci évolue au fil du temps des décrets, de la jurisprudence.

À l’heure actuelle, une prestation de voyage doit inclure au moins le transport et/ou l’hébergement…

Oui, un simple service de transport devient un voyage, du moins si l’agent n’agit pas sous sa propre responsabilité ou avec ses propres moyens.

Les prestations exclues du régime de marge bénéficiaire

Si l’agent de voyage a choisi ce régime fiscal, il doit faire très attention à ce qu’il propose dans ses forfaits. Il ne peut inclure dans les prestations de voyage les services rendus à l’aide de moyens dont il est propriétaire, voire bailleur dans certaines conditions. Un hôtel ne peut déclarer dans le régime agence de voyages un transport si le bus lui appartient, le régime n’est pas non plus applicable pour un loueur d’emplacements de camping qui offre sur sa propriété un service de restauration.

Certaines prestations sont exclues d’office, notamment celles n’étant pas comprises dans le prix global et forfaitaire d’un séjour, comme les contrats d’assurance et autres contrats d’assistance.

Les services exécutés en dehors de l’Union européenne sont, eux, facturés sans TVA et n’entrent donc pas dans le dispositif.

Une complexité à la charge des agences de voyages

Évidemment, la diversité des offres de voyages compliquent les choses, notamment si elles incluent des services internes à l’entreprise, des prestations en France et ailleurs, des escales dans et hors de l’UE avec restaurants, visites et hébergements, etc.

Cependant, l’Administration fiscale est claire : c’est bien à l’agence de voyages de « procéder aux ventilations utiles, sous sa propre responsabilité, et de conserver les moyens de preuve susceptibles de justifier des répartitions effectuées. »

Elles doivent donc bien identifier les coûts directs et la localisation de toutes les prestations et opérations, taxables ou non.

Il est extrêmement important pour les agences de voyages, opaques ou transparentes, de bien vérifier :

  • l’ensemble des contrats avec les prestataires,
  • les mentions obligatoires sur les factures et tous les documents comptables,
  • les règles de territorialité en matière de TVA,
  • la réalisation effective de l’ensemble des prestations,
  • la conformité du traitement comptable.

L’intérêt de faire appel à un spécialiste en matière de TVA

La complexité des voyages eux-mêmes, des règles fiscales, de la multitude des services à fournir, etc., et surtout la concurrence des agences non soumises au régime de la marge, rendent d’autant plus difficile la gestion de la TVA.

Or, les agences sont soumises à de plus en plus de contrôles fiscaux et une seule erreur peut coûter cher.

Que vous soyez un voyagiste qui veut changer de régime, un opérateur voulant proposer des voyages en dehors de la France, un opérateur subissant un contrôle fiscal ou que vous vouliez optimiser la gestion interne de la TVA tout en répondant aux conformités fiscales, faites appel à l’aide de nos experts !

Notre cabinet d’avocats se concentre uniquement sur la TVA, pour proposer un service rapide et efficace.

Identifier les opportunités de la TVA dans le domaine des voyages

Nous proposons des audit, pour veiller à la conformité fiscale mais aussi identifier les opportunités ; En effet, le choix d’un service ou d’un opérateur hors Union européenne, l’opportunité d’acheter un hébergement plutôt que d’être client d’un hôtel, proposer des excursions touristiques en interne ou de les externaliser, etc. : le monde du tourisme est vaste et complexe : les possibilités de profiter de la marge sur le bénéfice ou justement de s’en défaire doivent être anticipées. Et c’est là le cœur de notre travail : faire de la TVA un levier de réussite plutôt qu’un frein fiscal.

Simplifier la gestion de la TVA en toute conformité

Notre "agence" d’avocats spécialisés en matière de TVA s’est construite autour de la mise en œuvre d’un ensemble de solutions informatiquement d’accompagnement pour les chefs d’entreprise ou leur service comptable.

Le difficulté de gestion de la TVA sur les différents opérateurs dans le cadre d’un voyage, et de cette marge sur les bénéfices, est l’exemple même où nos solutions peuvent faire des merveilles.

Nos outils allègent la gestion quotidienne de la taxe sur la valeur ajoutée et les processus fiscaux en général, grâce à une automatisation calibrée selon vos besoins, tout en veillant à la conformité légale de vos déclarations.

Si vous faites l’objet d’un contrôle fiscal, le vérificateur aura en quelques instants accès à l’ensemble des documents, une piste d’audit fiable claire et précise (voir notre page dédiée).

Prenez rendez-vous dès à présent avec un de nos avocats expert en matière de TVA pour découvrir l’excellence de nos services haut de gamme et les opportunités inhérentes à votre activité d’agence de voyages.

Une autre question ?

Nous contacter
Prendre un rendez-vous gratuit

Découvrez quelques unes de nos offres

Piste d’audit fiable (PAF)

Rencontrons nous.

Régulariser une erreur

Nous ne sommes qu'à quelques minutes de nous rencontrer !

M&A : Anticipez la TVA dans les opérations de fusions-acquisitions

Nous ne sommes qu'à quelques minutes de nous rencontrer !

Suivez l'actualité fiscale grâce à notre Newsletters

Découvrez les dernières actualités en matière de fiscalité indirecte et du cabinet.

Nous contacter